Né le 10 octobre 1883 à Châtellerault (Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; négociant en grains et fourrages ; victime civile.

André Machenaud
Crédit : MémorialGenWeb
André Machenaud était le fils de Pierre Marie Marcel, employé de commerce, alors âgé de 21 ans, et de son épouse Aline Massé, modiste, âgée de 20 ans. Il effectua son service militaire en 1904-1905 dans le 160e RI à Toul (Meurthe-et-Moselle). Mobilisé en août 1914, son état de santé entraina son affectation dès la fin de l’année dans les services auxiliaires.
Le 9 août 1919 à Paris (XXe arr), il épousa Marguerite Joyeux. Le couple eut une fille prénommée Denise Jeanne*, née le 10 octobre 1922 à Paris où la famille était domiciliée 18 rue Nélaton (XVe arr).
En 1944, André Machenaud devenu veuf et sa fille, célibataire, résidaient à Oradour-sur-Glane. Ils furent tous les deux victimes du massacre commis par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich. André Machenaud fut mitraillé et brûlé dans l’une des granges où les hommes furent abattus. Sa fille périt brûlée dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants.
André Machenaud obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Voir Oradour-sur-Glane
Sources

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Registre matricule en ligne.

Dominique Tantin

Version imprimable