Né le 20 décembre 1923 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), mort en action le 8 septembre 1944 ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Julien Charmelot entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) du maquis Valmy qui deviendra le régiment Valmy et prit part aux combats pour la libération d’Autun.
Le vendredi 8 au matin, sans attendre les armées régulières qui approchaient, 4 bataillons du régiment se lancèrent sous la pluie à l’assaut de la ville d’Autun mais l’attaque échoua. De violents combats eurent lieu dans plusieurs secteurs de la ville. Julien Charmelot fut tué à l’ennemi à la ferme de Fleury, aujourd’hui démolie, au lieu-dit Bois des sapins, en compagnie de onze autres maquisards.
Le 10 septembre Autun était libérée par l’action conjuguée des FTP du régiment Valmy, des FFI du sud-ouest (colonne Schneider, Corps-franc Pommiès) et des maquis de Saône-et-Loire (Serge, Maurice, Socrate) renforcé par le 2e dragons du lieutenant-colonel Demetz, avant-garde de l’armée B du général de Lattre.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) et obtint le titre de Déporté et Interné résistant (DIR) [dossier GR 16 P 121428].
Son nom figure sur la plaque commémorative inaugurée à Autun le 20 septembre 2009 et sur le monument aux morts, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).
Sources

SOURCES : Résistance polonaise en Saône-et-Loire 8-10 septembre 1944 - La bataille d’Autun.— Articles du Journal de Saône-et-Loire.— Mémorial Genweb.

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable