Né le 2 août 1914 à Paris (VIIe arr.), fusillé par condamnation le 2 septembre 1944 à Saint-Nazaire, poche de Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; professeur agrégé de physique ; militant communiste ; résistant FTPF.

Jean De Neyman
Cliché Françoise Akerberg
Carte SNCF. Collection Patrice Morel-Fonds Dominique De Neyman
De Neyman soldat. Collection Patrice Morel-Fonds Dominique De Neyman
Dernière lettre 1e page. Collection Patrice Morel-Fonds Dominique De Neyman
Jean De Neyman. Collection Patrice Morel-Fonds Dominique de Neyman
Stèle commémorative sur le lieu de son exécution. En 2019 Centre de rééducation des oeuvres de Penbron. Cliché Françoise Akerberg
Fils de Constantin de Neyman, ingénieur chimiste et de Rose Majerczak, Jean de Neyman naquit le jour de la mobilisation générale de la guerre de 1914, dans une famille polonaise aisée composée de trois enfants, un frère André et une soeur jumelle Marie, domiciliée 15 rue du Bac à Paris VIIe arr.
Il fut un brillant élève au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine), obtenant le second prix de physique au concours général en 1932 et parlant couramment allemand et anglais. Ses qualités de bricoleur en faisait un excellent réparateur d’appareils ménagers familiaux. Après deux années de préparation au lycée Janson-de-Sailly à Paris XVIe arr., il rata de justesse l’admission à l’École normale supérieure mais obtint une bourse d’État pour la faculté de Strasbourg (Bas-Rhin) en 1934.
Il adhéra alors au Parti communiste français (PCF) et devint membre de la cellule de langue française de Strasbourg, rédigeant et vendant le bulletin Le prolo de la Bruche. Il envoyait des colis aux antinazis emprisonnés en Allemagne et, pour faire libérer une jeune Allemande, contracta un mariage blanc avec elle. Les parents de Jean hébergèrent Nathalie Ernestine Vogel, professeur de physique, avant qu’elle ne divorce.
Reçu à l’agrégation en 1937, il fut nommé au lycée Claude Fauriel à Saint-Étienne (Loire). Au cours de l’année scolaire 1938-1939, il participa à la création de l’Union des étudiants communistes, dont la conférence constitutive se tint les 1er et 2 avril 1939, et y eut des responsabilités.
Lors de la déclaration de guerre, en septembre 1939, très myope, il fut mobilisé et affecté à un laboratoire de Paris (où l’on vérifiait la nourriture pour l’Armée) qui, lors de la débâcle, se replia au sud.
Démobilisé, Jean de Neyman, en raison d’une loi de Vichy interdisant la fonction publique aux Français d’origine étrangère – ses parents étaient Polonais –, dut quitter l’enseignement public. Cependant, ce fait est étonnant car né en France d’un père naturalisé en 1912 (donc avant 1927) le décret-loi du 10 août 1940 ne s’appliquait pas à lui. Il entra alors comme professeur au cours secondaire privé « Le Cid » à La Baule (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) et mena une intense propagande anti-allemande dans les milieux qu’il fréquentait puis réussit à entrer en contact avec les résistants communistes nazairiens.
En mai ou juin 1944, il rentra dans la clandestinité et, avec son groupe de Francs-tireurs et partisans, basé dans la ferme de Madame et Monsieur Joseph Gergaud à Kermichel en Saint-Molf au nord de Guérande, avec entre autres Jean Mercy et Bernard Cabasson qui avait tué un soldat allemand. Ils multiplièrent les actions de guérilla contre l’ennemi, capture d’équipements et d’armes, sabotages de transformateurs électriques et coupures de câbles, chasse aux Géorgiens de la Wehrmacht pilleurs de fermes, ainsi que la désertion de travailleurs forcés polonais et de marins allemands.Début août, deux marins allemands déserteurs se joignirent au groupe de résistants et participèrent à quelques actions mais le 17 août 1944, non loin de la ferme refuge des Gergaug alors qu’ils sortirent en plein jour, ils furent surpris par une patrouille allemande ; l’un réussit à s’échapper tandis que l’autre le déserteur tchèque de la Kriegsmarine, Gerhardt, qu’il avait hébergé, fut arrêté. Jean de Neyman essaya de le secourir en discutant avec les soldats mais il fut arrêté à son tour et tous deux conduits au château d’Heinlex à Saint-Nazaire puis au camp Franco de Gron. Plusieurs membres de son équipe furent appréhendés, Mercy et Gergaud dont la ferme de Kermichel fut pillée, ainsi que le capitaine David et le gendarme maritime Breton, soupçonnés d’avoir transporté des membres du groupe.
Jean de Neyman réussit à innocenter ses camarades en prenant sur lui toutes les responsabilités. Il fut condamné à mort le 25 août 1944 au camp de la Marine Endrass (autre appellation du camp de Beauregard, situé à l’Immaculée à St Nazaire),
par un conseil de guerre allemand, ou le tribunal de la Luftwaffe (DAVCC) avec Gerhardt et Joseph Gergaud dont la peine de ce dernier fut commuée en deux ans de prison et 45 jours d’internement à l’école de Méan. Jean de Neyman avait assuré sa défense avec un courage qui impressionna l’ennemi mais son pourvoi auprès de la Kommandantur de Saint-Nazaire fut rejeté. Pendant les quelques jours de sa détention, il écrivit un article de physique cinétique.
Jean de Neyman a été fusillé le 2 septembre 1944 « après avoir dégusté l’amusante et flatteuse ironie du sort qui [le faisait] l’un des derniers fusillés français de cette guerre » ainsi qu’il l’écrivit dans sa dernière lettre codée, transcrite et conservée au Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne avec des objets lui ayant appartenu.
La poche de Saint-Nazaire assiégée capitula le 11 mai 1945.
Reconnu Mort pour la France le 5 novembre 1946, un décret du 24 avril 1946 publié au Journal officiel du 17 mai 1946 lui attribua la Médaille de la Résistance avec rosette à titre posthume.
En Loire-Atlantique, La Baule, Saint-Nazaire (collège et cellule communiste), Trignac et Montoir-de-Bretagne ainsi qu’à Paris, des espaces publics honorent la mémoire de Jean de Neyman. Son nom est également gravé sur la plaque commémorative du lycée Claude Fauriel de Saint-Etienne. Tous les ans, autour de la date du 2 septembre, sa mémoire est honorée devant la stèle érigée en son honneur à l’endroit où il a été fusillé.
La tombe de Jean de Neyman se trouve à Saint-Nazaire dans le cimetière de Toutes Aides.
Sa dernière lettre contient un message caché dont la clef consiste à retenir les troisième et cinquième mots de chaque ligne du manuscrit à partir de la phrase convenue « je n’ai jamais pu comprendre ». Les mots soulignés (écrit en gras ci-dessous) forment le message suivant : « Nous avons fait un excellent travail avant arrestation.— Couper ou brouiller les fils.— Allemands prisonniers et fusillés sans parler équipements. — Texte double dont orthographe fantaisiste et sens extérieur valable finira par mon nom. — Propagande réussie même ici souvent. Jean. »
Son frère André de Neyman, également résistant, dans une lettre à la principale du collège Jean de Neyman, datée du 12 septembre 1994 expliquait ce code mais aussi la signification de "fils brouillés" : « Jean s’était fait confectionner des clefs lui permettant d’entrer dans les transformateurs des lignes électriques à haute-tension alimentant la base maritime allemande. S’y introduisant, sans les couper, il intervertissait extérieurement les condensateurs pour provoquer des pannes (par chute de tension, ou par surtension) ; deux ou trois heures après, il rétablissait les circuits ; l’état major allemand n’a jamais compris ce qui s’était passé, donc ne prenait pas les sanctions contre la population habituelles en cas de "sabotage ». Quant au « mot fusillés doit être compris "abattus par armes à feu" et qu’il ne s’applique pas aux prisonniers allemands faits par son groupe ».
Nénette est le surnom de sa sœur jumelle, Marie de Neyman peut-être influencée par sa tante, le Dr Dina Majerczak, élève du cours de microbiologie de l’Institut Pasteur (1901-1902) elle entreprit dans les années 30 des études de médecine à Paris.
Dernière lettre de Jean De Neyman
© Collection Patrice Morel – Fonds Dominique De Neyman
Transcription faite par Catherine et Patrice Morel à partir du document original, le 11 septembre 2019. Quelques différences avec la lettre publiée, et six lignes en plus vers la fin.
 
Près de La Baule le 02 septembre 1944
 
Mes chéris,
 
Nous voici donc en septembre, au début de la sixième année de ce cauchemar, qui semble heureusement ne plus devoir être bien long à se dissiper. Déjà, pour vous vont disparaître les angoisses de cette sorte de siège par la famine dont Paris souffre depuis si longtemps. Mais je sais que ce n’est rien devant l’immense soulagement moral de penser à la fin de l’infernale époque que nous vivons encore. Et les perspectives d’avenir, encore qu’incertaines, n’en sont pas moins lumineuses.
 
Moi-même, je suis heureux doublement, et pour mon compte personnel, et pour la joie de tant d’êtres qui en sont heureux. Pourtant, à cette atmosphère radieuse, il faut que j’apporte un nuage : il m’est arrivé ces derniers temps une rencontre fâcheuse qui va retarder peut-être longtemps le plaisir de nous voir.
 
Voici l’histoire en gros (vous aurez des détails ensuite).
 
Vers le 10 août, un jeune marin allemand, qui avait déserté, cherchait asile dans les parages de la ferme où j’avais élu domicile principal, depuis un mois à peu près. C’est moi qui le rencontrai d’abord, et, après une longue conversation, considérais que c’était un bon type qu’il serait inhumain de laisser reprendre et fusiller par les autorités militaires allemandes. Aussi je le vêtis en civil et demandais au fermier, Joseph Jergaud, de bien vouloir le nourrir à mes frais, pendant le temps (que nous supposions court) où les Américains ne seraient pas encore venus. Le gars se sentant en danger malgré tout, je lui donnais même un vieux revolver que j’avais trouvé dans la cave de ma maison en voulant enterrer mon poste radio. Tout se passa bien quelques jours, et j’eus même le plaisir de faire de bonnes parties d’échecs avec mon Fritz, ou plutôt Gerhardt, comme il se prénommait.
 
Par malheur, les Américains ne venant pas, Gerhardt s’ennuyait et se montrait imprudent circulant autour de la ferme. Si bien qu’il fut pris par une patrouille avec son revolver en poche, et que je fus arrêté, ainsi que peu après tous les adultes de la ferme (Mme et M Jergaud, et un aide Jean Mercy que j’avais d’ailleurs connu à La Baule, alors que, mécanicien, il prenait des leçons de sciences pour passer un concours naval). Nous fûmes donc Gerhardt et moi d’abord en voiture à cheval, puis les autres en camion, conduit dans un camp entre Saint-Nazaire et Montoir, pour y être interrogés. Mme Jergaud fut relâchée, mais au bout de 8 jours, le 25 août Gerhardt, Jergaud et moi, nous passions devant un conseil de guerre, siégeant au camp de la marine d’Endras (entre Saint-Nazaire et La Baule). Comme je n’avais jamais voulu éviter mes responsabilités, et encore moins les rejeter sur le pauvre fermier, c’est évidemment moi qui fus condamné au maximum, et, tandis que Jergaud s’en tirait avec 2 ans de prison, je fus condamné comme Gerhardt. Il me restait encore une chance : le jugement devait être confirmé par le commandant de Saint-Nazaire, de sorte qu’au lieu d’être fusillé tout de suite, je fus conduit, à coté du tribunal, dans un pavillon ou j’ai attendu jusqu’à ce matin des nouvelles d’une sorte de pourvoi que j’avais formulé.
 
Voilà donc en résumé les évènements, assez bêtes à certains points de vue, qui vont, je ne le crains que trop, vous faire tant de peine. Comme disait Heine :
 
Das ist das Los, das Menschenlos
Was schön und gross, das nimmt’ein schlechtes Ende ! (1)
 
Maintenant, mes chéris, ne croyez pas que j’en suis bien affligé. Ah, pour ça, par exemple, il en faut davantage pour me faire perdre ma bonne humeur, et ces dernières semaines ont été bien agréables pour moi.
 
D’abord, il y a la joie d’avoir fait mon devoir ou, ce qui est la même chose, ce que je considérais comme mon devoir, envers et contre tous. Comme je l’ai expliqué aux juges, si le hasard met à côté de moi quelqu’un qui se noie, je ne me demande pas, en me jetant à l’eau, depuis combien de temps j’ai déjeuné.
 
Ensuite, il y a l’immense plaisir d’avoir pu, jusqu’au bout, faire du bien autour de moi. Passons sur Gerhardt. Ma connaissance de l’allemand m’a maintes fois permis d’être utile au 1er camp. J’ai également pu, et, c’est le principal, obtenir à peu près justice en ce qui concerne ceux qui n’avaient rien à voir dans l’affaire, Mercy et Jergaud. Sans parler du bien que j’ai pu faire en montrant une fois de plus aux Allemands que les Français ont le sens de l’honneur. Et mille détails qui me font penser aux vers de Kipling, traduits par moi-même pour compléter Maurois à la fin de son célèbre poème « Si… » :
 
Si tu peux, lorsque vient l’instant désespéré
De tout ce qu’il contient, tirer pourtant la somme,
Alors à toi, mon fils, est la Terre entière, et,
Bien plus, tu es un Homme !
 
Et puis, il faut que je l’avoue aussi, je suis heureux et fier du succès d’estime que j’ai remporté pendant mon jugement. Quand le président m’a demandé pourquoi j’avais recueilli Gerhard, et si je ne savais pas que c’était interdit, et que j’ai répondu : « pour un Français c’est une question d’honneur d’aider celui qui demande de l’aide, et l’honneur est d’autant plus grand que l’on risque d’avantage » - quand, après le réquisitoire qui demandait la mort pour Jergaud et moi, et après la plaidoirie qui nous confondait aussi, on m’a demandé si j’avais quelque chose à ajouter et que j’ai dit : « Je précise bien que, désirant dès le début conserver l’entière responsabilité de mon acte, je n’ai jamais dit à la ferme (où l’on ignore l’allemand) ce qu’était au juste Gerhart, de sorte que je suis seul responsable. » , - à ces moments il y a eu des murmures dans la salle et ce n’était pas de la moquerie. Et là où, je dois le dire, j’ai éprouvé l’une des plus puissantes impressions de bonheur de ma vie, ce fut, tout de suite après le jugement, quand j’ai entendu discuter sur moi les hommes de garde devant le couloir de ma cellule. Si vous aviez pu les entendre, mes chéris, mon cœur eut éclaté de fierté joyeuse.
 
En plus de cela, il y a eu une foule de petits à cotés agréables, une foule étonnamment nombreuse de réjouissances secondaires, qui me donnent l’occasion de vous donner une vue de quelques détails.
 
Le seul ennui que j’ai eu, c’est que, le jour où l’on m’a arrêté, on m’a pris mes si utiles lunettes et, que depuis, personne n’a jamais pu savoir ce qu’elles sont devenues. Personnellement je n’ai jamais pu comprendre pourquoi ; quelqu’un de vous comprendra peut-être, à la longue, quoique, maintenant que nous ne nous verrons plus, cela n’ait vraiment plus beaucoup d’importance… !
 
Un premier incident que nous avons eu en route mérite d’être signalé, il constitue vraiment un petit fait comique. Comme nous voyagions sur notre carriole, où nous étions attachés fort discrètement, tirés par mon excellent cheval vers une destination hélas triste, un passant rentrait du travail à pied nous demanda naïvement : « Il n’y a pas une place pour moi ?
 
Je n’avais pas ri avant mais, à partir de ce moment, je perdis toute mauvaise humeur ou dépit de mon arrestation. Et depuis, j’ai toujours eu des occasions agréables ou divertissantes. C’est ainsi que j’ai pu couper dans ma planche, obligeamment prêtée, d’une part un échiquier percé de trous s’infiltraient les tiges des pièces, découpées d’autres part. De cette façon j’ai pu jouer en paix sans que les voisins puissent brouiller le jeu, quelle que fut leur turbulence juvénile. Fallait voir ce jeu fait de fil de fer et de bois, signé Jean, reconnaissable à 100 mètres !
 
Il fallait aussi voir les Allemands s’empresser à jouer avec moi (qui ne pouvais causer aux autres prisonniers) comme s’ils désiraient tous me consoler, et prouver par leur amabilité qu’ils déploraient ma situation et qu’ils auraient bien voulu faire quelque chose – mais quoi ? - pour ne pas me voir fusiller (on s’y attendait dès le début).
 
Aussi n’est-ce pas sans laisser presque des amis que j’ai quitté le camp : à peu près tous ceux avec qui j’avais parlé un peu s’en faut. Naturellement j’ai du y laisser aussi, aussi avec quelque regret, le plus beau de mon équipement ; c’est-à-dire mon jeu d’échec-, quand je serais ministre, je changerai le texte du règlement rigoureux dont je fus victime… !!
 
Or, depuis le jugement, les doubles rations (pour le moins) de tout ce qui est comestible ou favorable, dont je suis favorisé, auraient enthousiasmé ceux qui s’imaginent que « Jean bon » ne peut vivre sans autre orthographe (si j’ose ce déplorable calembour). Au début je crus à un cuisinier fantaisiste qui aurait voulu terminer peut être une époque de son service par un festin capable de faire sensation, et je m’attendais à retourner à mon ordinaire modeste, en homme de bon sens que je suis. Mais comme mon ahurissante abondance continuait à régner de plus en plus belle, ce qui de l’extérieur ou de l’intérieur toutes sortes de friandises ne cessaient d’affluer, la seule explication valable, à laquelle je dû me rendre, était une bienveillance collective touchante. Chacun, se demandant si cela finira bien mal pour moi, concluait que le mieux devait être de participer par tous les moyens à me rendre « succulentes » les heures dont j’étais encore maître, en attendant qu’on sût si mon pourvoi, soutenu par mon avocat et les vœux de tous, arriverait à être rejeté ou non. Et, de la part des officiers aussi, une amabilité bien trop franche et personnelle pour n’être que de la propagande, venait satisfaire tous mes désirs. Ainsi, en l’absence de mes lunettes on a réussi à me faire voir clair en mobilisant les lunettes d’essais de l’oculiste militaire ! Et une chambre étant plus lumineuse, on a même été jusqu’à m’autoriser à sortir dans le plus éclairé de tous les couloirs d’ici, avec tout mon matériel. Car le plus beau, c’est qu’on m’a pourvu d’un matériel comme je n’en eu pas souvent : table, sous-main, papier à volonté, crayon chimique, gomme, règle, couteau. (« Et tout pour Jean ! » comme disait ma petite sœur autrefois) – et par dessus le marché, l’autorisation de travailler à tout ce que je voulais laisser après moi qui me paraît pouvoir être utile aux générations futures, pour parler modestement !
 
C’est ainsi qu’en plus de cette lettre vous récupérerez de moi presque un volume de remarques et réflexions plus ou moins scientifiques et pédagogiques. J’espère qu’elles intéresseront Papa et peut-être un professeur curieux de points de vue non classiques.
 
Je m’en vais donc disparaître dans les meilleures conditions possibles, après avoir passé mes dernières semaines de condamné plus confortablement que bien d’autres semaines, sans avoir subi aucun mauvais traitement - après avoir eu la chance de voir le sinistre tableau du monde de 1939 remplacé par les claires perspectives de 1944, et la nouvelle chance que ma condamnation me donne le droit de penser que je n’y suis pas complètement étranger – après avoir dégusté l’amusante et flatteuse ironie du sort qui me fait l’un des derniers fusillés français de cette guerre – avec l’agréable sensation d’avoir laissé par écrit le meilleur de moi-même, en plus de ce que j’ai pu laisser comme influence durable dans la vie de ceux que j’ai connus.
 
Et comme dans les conditions où elle se produit, ma disparition peut avoir autant d’effet que le bien que j’aurais pu faire en un peu de vie supplémentaire, mon seul regret est le chagrin qu’elle ne peut hélas manquer de vous causer.
 
Ainsi, si vous voulez me faire rétrospectivement plaisir, ne soyez pas trop malheureux.
Je vous ai assez aimés pendant ces dernières 20 années pour que vous ne m’en vouliez pas de vous laisser seuls ensuite. Ne soyez pas égoïstes. Vivez pour continuer à faire progresser le monde, comme vous-mêmes me l’avez appris à le faire.
 
J’ai conscience encore plus aujourd’hui, combien tout ce que j’ai fait est au fond votre oeuvre et je vous prie de faire quelqu’un de bien de chacun de vos petits-enfants actuels et futurs – car je compte sur vous pour que les enfants de Nénette soient aussi dépourvus de toute illusion religieuse que moi, et que ce soit en pleine conscience qu’ils sachent faire leur devoir d’homme.
 
A propos d’enfants, si vous le pouvez, intéressez vous au second fils de Jergaud, un bébé de 5 ans, mais qui a du bon ; vous me ferez plaisir en le faisant ; c’est une dette de reconnaissance. Vous pourriez avoir chez lui divers objets m’appartenant. Voici son adresse : Ker Michel en Saint-Molf par Guérande (Loire Inférieure).
 
Pour finir par une plaisanterie, Papa y trouvera la solution du problème des 2 ampèremètres dont l’un marque 6 ampères pendant que le premier n’en marque que 3…
 
En vous embrassant, mes chéris, je vous écris la conclusion de ma vie, entre les 2 morales célèbres : il n’est pas besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer – et : toute la sagesse humaine tient dans 2 mots : attendre et espérer, il y a de la place pour ma synthèse : tout le bonheur de l’homme tient dans ce devoir Agir et espérer.
 
Jean.
 
P.S. Naturellement saluez tous ceux qui me sont chers.

1. « C’est le destin, le destin de l’homme : ce qui est beau et grand doit connaître une triste fin »
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen. – Arch.mun. Nantes, Fonds Luce . — Arch. dép. Loire-Atlantique, 305 J 3 . — Clarté, 13 septembre 1947. – Jean de Neyman, brochure de la cellule G. Môquet de Saint-Nazaire, 1972. – Maxime, Raconte, camarade, Saint-Nazaire, 1974. – "Collection Patrice Morel - Fonds Dominique De Neyman" et notes de Patrice Morel. – Guy Krivopissko, La vie à en mourir, Tallandier, 2006 p. 299 à 307 .— Cahier n°2 de l’AREMORS Association de recherches et d’études du mouvement ouvrier de la région de Saint-Nazaire. — Ouest France,édition Saint-Nazaire, 11 mai 1995. — Jacques Varin, Les étudiants communistes, dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°74 avril-juin 2004 p.38 . — Notes d’Annie Pennetier.— Note de Michel Mahé.

Guy Haudebourg, Guy Krivopissko, Annie Pennetier

Version imprimable