Né le 30 décembre 1921 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), mort le 27 août 1944 à Saint-André-en-Barrois (Meuse) ; militant communiste du Pas-de-Calais ; résistant ; responsable militaire des FTP de la Meuse (mars-août 1944).

Charles Duquesnoy
Né dans une famille de militants ouvriers (l’un de ses frères fut membre des Brigades internationales), Charles Duquesnoy participa activement à la résistance dans le Pas-de-Calais où il fut chargé de l’organisation des prisonniers soviétiques évadés. Il était domicilié à Ligny-sur-Canche (Pas-de-Calais). Il fut envoyé par le triangle de direction de l’interrégion dans la Meuse durant l’hiver 1943-1944 pour y constituer les FTP dont il fut responsable militaire, sous le pseudonyme de Frédé, à partir de février-mars 1944. Il avait pour adjoint Marcel Petit qui venait, lui aussi, du Pas-de-Calais.
Le 27 août 1944, les Allemands encerclèrent la ferme de la famille Cordier à Saint-André-en-Barrois où il était caché. Il fut tué dans les combats qui opposèrent alors les Allemands aux résistants qui étaient en sa compagnie (Léon Robert Granjean et André Jannot furent tués aussi). La ferme fut brûlée et Raymond Cordier fut exécuté le 31 août 1944 à Tavannes.
Charles Duquesnoy était marié, il était père d’une fille et lorsqu’il partit pour la Meuse sa femme était enceinte et emprisonnée.
Il avait le grade de commandant FTP. Une rue de Frevent porte son nom. Sa veuve y habitait dans les années 1950.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen — Claude Collin, L’été des partisans, les FTP et l’organisation de la Résistance en Meuse, Presses universitaires de Nancy, 1992. — Site Internet Genweb.

Iconographie
ICONOGRAPHIE : Claude Collin, op. cit, p. 139.

Jean-Pierre Besse, Christian Lescureux

Version imprimable