Né 2 mars 1913 à Villeneuve-Saint-Georges (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), fusillé le 21 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; bijoutier ; militant communiste d’Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis) ; résistant OS puis FTPF.

Militant communiste d’Aubervilliers, André Fauré était un des secrétaires de la section locale avant la Seconde Guerre mondiale. Il siégeait au comité régional Paris-Nord.
Arrêté le 9 avril 1940, il fut libéré au moment de l’exode ou réussit à s’évader. En effet, le 17 mars 1941, il fut condamné par défaut par le tribunal militaire de Périgueux (Dordogne) à cinq ans de prison, dix ans d’interdiction de ses droits civiques et politiques et à la mise sous séquestre de ses biens.
Arrêté le 16 mai 1942 par la police française dans un grand coup de filet des Brigades spéciales, membre de l’Organisation spéciale (OS) puis des Francs-tireurs et partisans (FTP), il fut condamné à mort par le tribunal allemand du Gross Paris le 30 septembre 1942, et a été fusillé au stand de tir du ministère de l’Air le 21 octobre 1942.
André Fauré s’était marié à Paris (XVIIe arr.) le 17 février 1934 avec Alice Bourhis (voir Alice Fauré) et était père d’un enfant.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 5. – Archives de la justice militaire au Blanc, registre du tribunal militaire de Périgueux. – Parti communiste français, région Paris-Nord, VIIIe conférence régionale, 1945.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable