Né le 12 juillet 1901 à Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ouvrier photograveur ; militant communiste.

Fils de Cesar Hardenberg et de Albine Capelini, Pierre Hardenberg était de nationalité italienne. Il était titulaire du certificat d’études primaires. Marié avec Adrienne Coston le 28 janvier 1928 et père d’un enfant, il était ouvrier photograveur et domicilié avant 1939 à Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine) où il militait dans les organisations anti fascistes.
Licencié en 1940, il adhéra alors au Parti communiste et déménagea dans le XIIIe arrondissement de Paris. Lui et son épouse y participèrent aux activités clandestines du Parti communiste.
La police française l’arrêta le 20 juin 1942 à son domicile, 12 rue Gouthière à Paris (XIIIe arr.), porteur d’une fausse carte d’identité au nom de Renan. Il était locataire d’un atelier de photogravure 85 rue Mouffetard (Ve arr.) où furent saisis des clichés en zinc et des faux cachets reproduisant les sceaux de l’autorité allemande utilisés par le Parti communiste français clandestin. Son arrestation intervint dans le cadre de l’affaire Tintelin. Désigné comme otage, il a été fusillé le 11 août 1942.
Son épouse fut arrêtée en même temps que lui et mourut en déportation.
Il existe à Bagneux une rue Pierre-et-Adrienne Hardenberg.
Sources

SOURCES : Arch. PPo, BS1, GB 36 et 37. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit. – État civil.

Jean-Pierre Besse

Version imprimable de cet article Version imprimable