Né le 3 décembre 1897 à Charleville (Ardennes), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 à la Blisière en Juigné-les-Moutiers, près de Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; ouvrier métallurgiste et électricien ; secrétaire de la section communiste d’Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis).

Fils d’un militaire et d’une ménagère, Raoul Gossez s’était marié en décembre 1920, à Argenteuil, avec Régine, Simone Bourotte, née à Deille (Ardennes) le 21 novembre 1922, fille d’un ardoisier et d’une ménagère, sténo-dactylographe. Inscrit sur les listes électorales d’Aubervilliers depuis 1932 comme électricien, secrétaire de la section communiste d’Aubervilliers et membre du comité régional de Paris-Nord en 1938 et 1939, Raoul Gosset fut arrêté le 6 avril 1940. Libéré en juin 1940 par des gardiens de prison, à l’approche des Allemands, il milita dans le Parti communiste clandestin. Arrêté à nouveau en octobre 1940 avec la plupart des dirigeants communistes d’Aubervilliers, interné au camp de Choisel, il a été fusillé à la Blisière en Juigné-les-Moutiers, le 15 décembre 1941, par les autorités allemandes, avec huit autres détenus, en représailles aux attentats du 28 novembre et du 7 décembre 1941. (Voir Adrien Agnès.)
Sa femme, membre du comité de section communiste, domiciliée 10 rue Albinet à Aubervilliers, fut arrêtée le 5 avril 1940. Elle fut condamnée le 17 mars 1941 par le tribunal militaire de Périgueux à trois ans de prison, mille francs d’amende et dix ans d’interdiction des droits civiques et politiques pour « reconstitution de ligue dissoute et transmission des mots d’ordre de la IIIe Internationale ». Elle fut traduite devant la Section spéciale de la cour d’appel de Paris le 24 novembre 1941. Gravement malade, elle mourut à la prison de Rennes le 3 octobre 1943. Son frère Serge Bourotte, arrêté en 1939, mourut à la prison de la Santé à Paris en 1940.
Leur fils, Robert Gosset, mourut en 1949 des suites de sa déportation.
Charles Tillon, maire d’Aubervilliers, fit revenir ses cendres et organisa des funérailles officielles pour tous les communistes fusillés par les nazis.
Raoul Gosset repose au cimetière communal.
Le 30 août 1945, le nom de Raoul-Gosset fut attribué par le conseil municipal à la rue de Paradis.
Sources

SOURCES : Parti communiste français, Région Paris-Nord, VIIIe conférence régionale, 1945. – Renseignements communiqués par J.-C. Virmaux, responsable des archives d’Aubervilliers. – Arch. de la justice militaire au Blanc. – Arch. PPo. – DAVCC, Caen, B VIII dossier 2/AJ41 245 (Notes Thomas Pouty).

Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable