Né le 13 mai 1915 à Paris (XIIe arr.), fusillé comme otage le 14 mai 1942 à la centrale de Clairvaux (Ville-sous-la Ferté, Aube) ; employé de commerce ; militant communiste.

Fils de Froïm Jourist et de Esther, née Feldman, Benjamin Jourist fut légitimé par le mariage de ses parents le 22 juillet 1924. Benjamin Jourist vécut 45 rue Belgrand dans le XXe arrondissement de Paris. Comptable, il adhéra en 1934 aux Jeunesses communistes puis au PCF et y milita activement. Il participa aux grèves de juin 1936, et habitait 8 rue Courat à Paris (XXe arr.). Il épousa Marie Dallaine le 6 septembre 1941.
Au cours du mois de juin 1941, les policiers de la Section spéciale de recherches (SSR) vérifièrent les identités d’un millier de personnes juives dans huit arrondissements de Paris. Une vingtaine d’immeubles, huit cafés et restaurants furent mis sous surveillance. Selon la police, des communistes habitaient ou fréquentaient ces lieux.
La police l’arrêta le 11 juin 1941 chez ses parents, rue Belgrand, pour « propagande communiste clandestine ». Son domicile fut perquisitionné, et les policiers saisirent un manuscrit dans un tiroir du buffet de la salle à manger. Ce texte exposait la politique extérieure de l’Union soviétique ; il était notamment écrit : « Lorsque les puissances actuellement en conflit signeront un pacte de paix, l’URSS dont l’appareil militaire sera resté intact, imposera les conditions aux peuples divers de l’Europe, conformément à la volonté de ces peuples et non conformément à l’intérêt de la Nation victorieuse. »
Le texte se concluait ainsi : « Je suis à votre entière disposition si vous désirez avoir d’autres explications sur d’autres domaines de la politique de notre parti. » Cette conclusion démontrait que Benjamin Jourist destinait son écrit à des personnes qu’il connaissait et non à une diffusion par voie de tracts.
Il fut condamné le 24 décembre à dix-huit mois de prison par la Section spéciale de la cour d’appel de Paris pour infraction au décret-loi du 24 septembre 1939. Interné à Fresnes, puis à Châteaubriant, il fut enfin transféré à Clairvaux le 29 avril 1942. En riposte à un attentat de la Résistance contre les forces d’occupation à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), les Allemands le passèrent par les armes comme otage à Clairvaux le 14 mai 1942.
Vingt-six otages furent exécutés en conséquence au Mont-Valérien et trois à la Ville-sous-la-Ferté, près de Clairvaux : Marcel Faivre, Benjamin Jourist et Robert Tachnoff.
Un monument fut édifié en l’honneur des vingt et un otages fusillés en ce lieu. Sur le côté gauche de l’édifice figure un otage, attaché à un hêtre, regardant les victimes, gravés sur un mur. André Marty, député communiste de Paris, inaugura le lieu en septembre 1946.
Inhumé au Père-Lachaise, il fut homologué Interné Politique et Interné Résistant en 1954.
L’Humanité du 14 février 2008 annonça le décès de son frère André, militant communiste du XXe arrondissement, qui fut lui aussi inhumé au Père-Lachaise.
Sources

SOURCES : Arch. PPo. 101, rapport du 14 juin 1941, 77W 88, GA 2-99786 . – DAVCC, Caen, B VIII dossier 3, 21 P 46 6316 (Notes Thomas Pouty). – L’Éveil du XXe, 17 novembre 1945. – Site de l’Amicale de Châteaubriant. – L’Humanité, 14 février 2008. – État civil, Paris (XIIe).

Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable