Né le 9 janvier 1902 à Auchel ( Pas-de-Calais ), fusillé par les Allemands le 28 décembre 1942 à Arras ( Pas-de-Calais ) après condamnation à mort ; chef de manœuvre aux chemins de fer des mines de Marles ; militant communiste et résistant FTPF.

Fils d’Émile Bernard, houilleur, et de Zélia Mabille, ménagère, Joseph Bernard était sans enfant et domicilié rue Saint-Clair à Saint-Pierre-les-Auchel au moment de la Seconde Guerre mondiale. Militant du Parti communiste depuis 1936, il continuait d’adhérer à l’organisation clandestine du parti après la dissolution de celui-ci. Joseph Bernard était connu des services de police comme étant un militant influent, chargé de l’impression des tracts. Nommé responsable « S » du secteur de Cauchy-la-Tour (Pas-de-Calais), puis responsable « P » du secteur d’Auchel, Joseph Bernard était en liaison avec Paul Plouviez, avec lequel il avait rendez-vous tous les mois dans le bois de Saint-Pierre. Lors de ces rendez-vous, Joseph Bernard recevait les mots d’ordre et le matériel du parti. En avril 1942, Joseph Bernard sabota les fils de téléphone qui reliaient la fosse 7 des mines de Marles aux grands bureaux des mines. Arrêté sur son lieu de travail par la police d’Auchel le 5 août 1942, Joseph Bernard fut exécuté à la caserne Turenne à Arras le 28 décembre 1942. Il s’était marié en avril 1924 à Auchel avec Marie Leclercq ; ils n’eurent pas d’enfant.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais, M. 5022/2. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 228-229. – État civil.

Alain Petit

Version imprimable de cet article Version imprimable