Né le 24 octobre 1904 à Montady (Hérault), fusillé le 7 juin 1944 à Béziers (Hérault) ; ouvrier agricole puis petit viticulteur ; syndicaliste de l’Hérault ; résistant (AS).

Louis Huc
Fils de Joseph et d’Étiennette Tabouriech, était originaire d’une commune viticole. Sa fiche police indique qu’il était né le 24 octobre 1899. Ouvrier agricole puis petit viticulteur à Montady, syndicaliste et socialiste, Louis Huc fut, en 1926, à la création du syndicat des ouvriers agricoles autonome de Montady, vice-président de cette organisation.
Résistant, Louis Huc appartenait à l’AS du Biterrois. Le 6 juin 1944, il faisait partie du convoi de volontaires se dirigeant vers le maquis de Ferrières-Poussarou (Hérault) qui tomba dans une embuscade tendue par les troupes nazies au col de Fontjun, près de Saint-Chinian (Hérault). Il fut un des dix-huit prisonniers qui furent tous fusillés, le 7 juin au champ de Mars à Béziers.
Louis Huc était marié avec Marcelle Huc*.
Voir Cébazan et Béziers (Hérault) : victimes du combat de Fontjun, exécutés au champ de mars de Béziers (6 et 7 juin 1944)
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 9 M 380 et 195 M 19. — Arch. Mun. de Béziers. — L’Aube Sociale, 1937-1939. — La Voix de la Patrie et Midi Libre, 1945-1949. — Témoignage d’Étienne Fabre à Béziers. — Notes de Richard Vassakos.

Jean Sagnes

Version imprimable