Né le 12 avril 1920 à Carvin (Pas-de-Calais), fusillé par condamnation le 27 octobre 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; relieur-papetier à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais) ; secrétaire des Jeunesses communistes de Carvin ; résistant membre des FTPF.

Fils de Hedwige Arthur Copin, relieur, et de Jeanne Dufrénoy, ménagère, Maurice Copin était le cadet d’une famille de Carvin qui comptait cinq enfants et qui était fidèle au Parti communiste. Maurice Copin entra dans les Jeunesses communistes en 1937 et en devint, peu de temps après, le secrétaire. Sous l’Occupation, il fut le responsable « P » des Jeunesses communistes de Carvin, puis agent de liaison entre le responsable « O » du secteur d’Arras et celui d’Auchel (Pas-de-Calais). Maurice Copin entra dans l’illégalité en mars 1942, alors que la police perquisitionnait le domicile familial ; son père fut arrêté et fit quatre mois de prison, ainsi que son frère qui fut relâché quelques jours plus tard. Maurice Copin fut cependant arrêté à Hulluch (Pas-de-Calais) le 10 juin 1942 par la brigade de gendarmerie de Carvin, alors qu’il venait de dérober un million de francs aux mines de Lens, avec d’autres résistants. Blessé lors de cette arrestation, Maurice Copin fut emmené à l’hôpital où il fut torturé avant d’être remis à l’autorité occupante. Condamné à mort pour « activité communiste et complicité de recel de terroristes » par le tribunal militaire allemand d’Arras, Maurice Copin fut exécuté le 27 octobre 1942 à la citadelle d’Arras.
Sources

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais : M 5022/2, 1 Z677. – Liberté, novembre 1944. — État civil.

Alain Petit

Version imprimable de cet article Version imprimable