Né le 28 septembre 1915 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé le 27 octobre 1943 à Angers (Maine-et-Loire) ; électricien ; résistant communiste.

Après un apprentissage d’électricien chez un artisan nazairien en 1928, Robert Albert fut embauché aux Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique). En 1936, il participa aux grèves du Front populaire et adhéra aux Jeunesses communistes dont il devint un militant actif. Il travailla ensuite à la base sous-marine.
Habitant Saint-Brévin (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) comme Maurice Piconnier, dès 1940, Robert Albert participa avec ce dernier aux premiers actes de résistance communiste de cette localité (distribution de tracts, collage de papillons...) puis à l’organisation de sabotages. Arrêté avec Raymond Chalopin et Louis Coquet par le Service de police anticommuniste (SPAC) le 11 août 1943 à Saint-Brévin, il fut conduit le 13 à la prison Lafayette de Nantes où il subit un interrogatoire si poussé qu’il fut hospitalisé à l’hôpital Broussais.
Condamné à mort par le tribunal militaire allemand (FK 518, de Nantes, déplacé à Angers) le 13 octobre 1943, Robert Albert a été fusillé à Angers.
Robert Albert était marié et père d’un enfant.
Une cellule du PCF de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) porte son nom.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, BVIII. – Arch. Dép. Loire-Atlantique, 270W488. – Clarté, 1945-1949. – Maxime, Raconte, camarade, Saint-Nazaire, 1974. – Guy Haudebourg, Le PCF en Loire-Inférieure à la Libération (1944-1947), mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Nantes, 1987. – Renseignements communiqués par Pierre Mahé.

Guy Haudebourg

Version imprimable de cet article Version imprimable