Né le 7 mai 1906 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge, près de Bordeaux (Gironde) ; chaudronnier à Bordeaux ; syndicaliste et militant communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Roger Allo
Le nom de Roger Allo sur le Caveau des fusillés à Bordeaux.
Communiqué par Mauricette Laprie
Fils d’un marin, frère de Régine Allo, de Louis Allo, Roger Allo fut embauché aux Chantiers du Sud-ouest à Bacalan puis licencié en 1928, il trouva un emploi dans une entreprise automobile. Il avait rejoint le mouvement communiste en 1925, propagandiste éloquent des Jeunesses communistes. Il était, en 1929 et 1930, secrétaire du syndicat unitaire des Métaux de Bordeaux. Au IVe congrès de la 13e Union régionale, tenu en août 1929 à la Bourse du Travail, il présenta avec son frère Louis Allo, un rapport sur les Assurances sociales. En mai de la même année, il avait été candidat aux élections municipales de Bordeaux sur la liste communiste. En janvier 1930, la XIXe Entente des Jeunesses communistes comprenait un conseil de trois membres : Roger Allo, Charles Lahousse et André Vrigneaud.
Lors de la conférence des 15 et 16 février 1930, Roger Allo fut élu membre du comité régional du Parti communiste, pour l’année en cours, mais en février 1931, il fut exclu pour indiscipline, avec une dizaine de militants de Bordeaux. Sans doute fut-il réintégré peu après. Secrétaire du Secours Rouge international, il participa à l’organisation de la solidarité pour les républicains espagnols.En 1936, il combattit en Espagne dans les Brigades internationales ainsi que son frère Louis Allo et rentra en mai 1938, ayant une période militaire à effectuer.
Arrêté le 22 novembre 1940 par la police française, en application du décret du 18 novembre 1939, il fut interné au centre de séjour surveillé de Bordeaux (camp de Mérignac). Le 24 octobre 1941, Roger Allo était au nombre des cinquante otages fusillés par les Allemands au camp de Souge, près de Bordeaux, en représailles à l’exécution par les patriotes d’un officier des troupes allemandes d’occupation, Hans Reimers (Voir Alfred Charlionnet et Camille Maumey, de Bordeaux, fusillés en même temps que Roger Allo).
Brigadistes fusillés pendant l’Occupation
http://chs.huma-num.fr/exhibits/sho...
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, BVII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Nat., F7/12989, F7/13034, F7/13121. – Arch. AVER. – Arch. Dép. Gironde, série M, Parti communiste, notices individuelles. – Secrétariat d’État des Anciens Combattants et Victimes de guerre. – Arch. RGASPI, Moscou, 545/2 ; Arch. RGASPI 545.6.1038 liste des Brigadistes français en Espagne républicaine, fiches individuelles 31 décembre 1937. – DBMOF, notice par Jean Maitron et Claude Pennetier. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit.

Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable