Né le19 février 1914 à Libourne (Gironde), exécuté sommairement le 1er août 1944 au camp de Souge (Gironde) ; instituteur ; résistant en Gironde et Dordogne.

Fils d’Edmond, Alexandre Batac et de Jeanne, Augusta, Madeleine Giraud, instituteurs, Jean Batac était aussi instituteur. Résistant girondin, il dut fuir une possible arrestation et trouva refuge en Dordogne, s’installant alors à Prigonrieux, où il exerçait et logeait chez le maire M.Belou. Ayant poursuivit ses activités de résistance, il fut arrêté en juillet 1944 et détenu à la caserne Chanzy de Bergerac (Dordogne).
Dans le contexte de la Libération du territoire français et de la fuite des occupants, les Allemands présents à Souge décidèrent fin juillet de l’exécution sommaire des détenus, exécution qui eut lieu le 1er août. Parmi les quarante-huit fusillés se trouvait Jean Batac.
Son nom figure sur le monument aux morts de Libourne.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen (notes de Thomas Pouty). — Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. . — Mémorial GenWeb. — État civil.

Julien Lucchini

Version imprimable de cet article Version imprimable