Né le 28 mai 1887 à Authon (Eure), fusillé le 5 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; contrôleur des PTT et écrivain ; résistant, membre du réseau Action PTT.

Fils d’Édouard et de Marguerite, née Vieuxbled, Édouard Chennevière épousa Louise Le Dilavrec. Le couple eut deux enfants et demeurait 26 rue de Paris à Bièvres (Seine-et-Oise, Essonne). Membre du réseau Action PTT depuis août 1942, il transmettait par l’intermédiaire de cheminots des renseignements sur les convois allemands et sur l’aéroport d’Orly. Il interceptait des courriers allemands et contribuait à cacher des Juifs, fabriquait des faux papiers.
Il fut arrêté le 5 octobre 1943 à Paris par la police de sécurité et du renseignement de la SS (Sipo-SD). Incarcété à Fresnes, jugé le 15 juin 1944 par le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), condamné à mort pour « intelligence avec l’ennemi », il fut passé par les armes le 24 juin 1944 au stand de tir du ministère de l’Air, à 15 h 24. Son dossier à la DAVCC, indique que le réseau Action PTT était inconnu.
Le ministère des Anciens Combattants lui attribua la mention « Mort pour la France ». Le nom d’Édouard Chennevière figure sur une plaque commémorative au Panthéon dédiée « Aux écrivains morts pour la France ». Son nom fut inscrit sur le monument aux morts de Bièvres ; le conseil municipal donna son nom à une place de la ville.
Sources

SOURCES : DAVCC, Caen, Boîte 5/B VIII 5/FN, Liste S 1744-449/44 (Notes Thomas Pouty). – L. Tsévéry, F. Sekhraoui, Les 161 fusillés du polygone de Balard, FFDJF, 2011. – Mémorial GenWeb.

Daniel Grason

Version imprimable de cet article Version imprimable