Deux résistants exécutés sommaires et un mort au combat lors du départ des troupes allemandes des Pyrénées-Orientales : accrochage à Salses (Pyrénées-Orientales) le 20 août 1944

Monument commémoratif des victimes de l’affrontement entre Allemands et résistants de l’AS, Salses (Pyrénées-Orientales), 20 août 1944
Vue générale du monument, en bordure de la route départementale 11, à l’endroit où ont été tués les trois résistants ;
.
Monument commémoratif de Salses (Pyrénées-Orientales)
Détail : plaque du monument portant les noms des trois victimes de l’affrontement du 20 août 1944 entre des soldats allemands et trois résistants (AS) de Salses
Les 19 et 20 août 1944, après le débarquement allié en Provence et sur l’ordre du général Johannes Blaskowitz (Toulouse) commandant de l’Armeegruppe G, les forces d’occupation allemandes (troupes, police, douane) quittèrent les Pyrénées-Orientales afin de gagner au plus vite la vallée du Rhône.
Celles qui étaient stationnées dans la plaine du Roussillon et sur la Côte Vermeille s’efforcèrent d’emprunter la RN (route nationale) n°9 en direction de l’Aude. Mais les Allemands furent entravés dans leur repli par des actions armées de la Résistance. À Perpignan, les FFI les harcelèrent et s’efforcèrent de bloquer leur accès à la RN 9 (19 août, nuit du 19 au 20 août). Une partie des Allemands, de Perpignan ou de localités situées au sud de cette ville, empruntèrent des routes secondaires, proches du littoral (l’actuelle route littorale, construite dans les années 1960 n’existait pas) pour essayer ensuite de retrouver la RN 9 à Salses, dernière localité des Pyrénées-Orientales avant la limite avec le département de l’Aude.
Résistants (AS / CFL) de Salses, Gaston Clos, Pierre Péjoan et Victor Sanchez effectuaient une mission de reconnaissance depuis Salses, au Sud-Est de ce village sur la route départementale 11 en direction de Saint-Hippolyte. À quelques centaines de mètres de l’agglomération de Salses, ils firent face à un groupe de soldats allemands qui avançaient dans la direction opposée à la leur, tentant de rejoindre le carrefour entre la RD 11 et la RN 9 situé dans le village de Salses. Un affrontement armé opposa les trois résistants aux Allemands. Victor Sanchez fut tué au combat. Gaston Clos et Pierre Péjoan furent grièvement blessés. Tous deux furent achevés par des soldats allemands, Péjoan à coups de crosses de fusil. Un soldat allemand sous-officier de la Kriegsmarine, Walter Behrensmeier, qui fut en garnison au fort Béar de Port-Vendres faisait partie d’une colonne ayant transité par la RD 11. Dans un courrier adressé le 18 décembre 1997 à l’historien Christian Xanxo, il évoque ces exécutions en donnant toutefois une date erronée. Cependant, il ne peut pas faire allusion à l’affaire de Salses du 20 août car il évoque un lieu différent. Il parle en fait d’une autre colonne allemande — la sienne — qui a emprunté le même itinéraire. Celle-ci a "campé près d’un village", Saint-Laurent-de-la-Salanque, où furent fusillés deux jeunes garçons, et a pris ensuite des otages dans cette localité avant de les libérer (Voir Lieu d’exécution de Saint-Laurent-de-la-Salanque).
Un monument commémoratif a été dressé sur les lieux de leur mort, sur le côté droit de la RD 11 en direction de Saint-Hippolyte. Sur la plaque a été gravée l’inscription suivante : « À la mémoire des martyrs de la Résistance Péjoan Pierre, Clos Gaston, Sanchez Victor tombés en ce lieu le 20-8-44 pour que la France vive ».
CLOS Gaston
PÉJOAN Pierre
SANCHEZ Victor
Sources

SOURCES : Arch. com. Salses-le-Château, état civil. — Jean Gary, adjoint au maire de Salses, « Il y a un an lorsqu’arriva le jour de gloire », Le Travailleur catalan, 18 août 1945. — Ramon Gual & Jean Larrieu, Vichy, l’occupation nazie et la Résistance catalane, II b, De la Résistance à la Libération, Prades, Terra Nostra, 1998, [pp. 920, 923, 925, 955. — Georges Sentis, Dictionnaire biographique des résistants et des civils des Pyrénées-Orientales tués par les Allemands et les collaborateurs, Perpignan, Éditions M / R2012, 28 p. [p. 24]. — Christian Xanxo, La libération de Catalunya Nord ou le retrait allemand. Samedi 19 et dimanche 20 août 1944, Prades, Terra Nostra, 2015, 152 p. [pp. 51-56]. — Non signé [Raoul Vignettes], Les rues qui nous interpellent, Saint-Estève, Imprimerie de la gare, 1999, 45 p. [p. 44]. — MemorialGenWeb consulté le 28 décembre 2015.

André Balent

Version imprimable de cet article Version imprimable