Né le 20 décembre 1896 à Courtes (Ain), mort en action le 8 juin 1944 à Pont-de-Vaux (Ain) ; cultivateur ; résistant de l’armée secrète (AS) de Pont-de-Vaux.

Pierre Rigaud était le fils de Ferdinand Claude François et de Marie Rosalie Raffin, tous deux cultivateurs. Il se maria le 29 septembre 1920 à Saint-Nizier-le-Bouchoux (Ain) avec Marie Alice Marichy, cultivatrice. Il exerçait le métier de cultivateur.
Il entra dans la Résistance à l’armée secrète (AS) locale, à Pont-de-Vaux (Ain).
Le 8 juin 1944 dans la matinée, un groupe de résistants de l’armée secrète de Pont-de-Vaux, dont faisait partie Pierre Rigaud dressa une barricade au pont des Cordeliers. Dans l’après-midi un détachement de soldats aIlemands arriva par la route de Replonges afin de se déployer au delà de la Reyssouze, affluent gauche de la Saône tirant sur tout ce qui se trouvait à portée de leurs armes. Deux pontévallois furent tués dans leur jardin. Auguste Rigaud qui était le seul du groupe à être resté courageusement à son poste tomba les armes à la main sur la barricade.
Il obtint la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur la stèle commémorative, à Pont-de-Vaux (Ain).
Sources

SOURCES : Journal "Le Progrès de l’Ain" du 10 juin 2017 Le souvenir du 8 juin 1944 est toujours présent.— Nombreux articles dans le "Journal de Saône-et-Loire".— Mémorial Genweb.— Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— État civil (acte de naissance).

Jean-Louis Ponnavoy

Version imprimable